Un rapport du cabinet Astérès (Cabinet d’Analyse Economique – https://asteres.fr/) estime qu’augmenter les espaces verts des villes de 10 % ferait baisser les dépenses de santé de 94 millions d’euros en diminuant les cas d’asthme et d’hypertension.
Un autre rapport de l’UNEP (Union Nationale des Entreprises du Paysage – https://www.lesentreprisesdupaysage.fr/) indique que pour plus de 8 Français sur 10, habiter à proximité d’un espace vert est un critère important au moment de choisir leur logement et 6 sur 10 estiment que créer de nouveaux espaces verts devraient figurer parmi les premières priorités des municipalités.

NOUS CONSTATONS à TRETS (liste non exhaustive) :
• des arbres morts, non remplacés,
• certains immeubles exposés plein sud ne bénéficiant d’aucun ombrage naturel.
• des pieds d’arbres goudronnés,

Ces photos montrent le peu de considération qu’on porte aujourd’hui à ces arbres. Ils sont exposés à tous les chocs possibles, aucune protection de leur base et de leur tronc n’est envisagée. Entre les dommages causés par les voitures et parfois par les piétons, les tailles répétées, les blessures sont variées. Les arbres fragilisés ne peuvent cicatriser. Ces plaies favorisent l’installation de parasites et de toutes sortes d’infections. Ni eau ni air ne peuvent pénétrer leur sol. Ils sont donc en souffrance, en survie et visiblement condamnés à plus ou moins long terme. N’oublions pas que les végétaux sont des êtres vivants !

Pourtant ils peuvent nous apporter beaucoup !
La végétalisation est indispensable à l’équilibre urbain, elle améliore le cadre de vie des habitants par :

• La diminution des îlots de chaleur urbains, liés à la densité urbaine, la circulation automobile, la minéralisation excessive et au déficit d’espaces d’eau et de végétaux en ville.
• La lutte contre les inondations, la végétalisation contribue à désimperméabiliser les centres urbains et donc à minorer les effets du ruissellement des eaux pluviales, parfois très destructeurs : inondations, pollution des fleuves et rivières.
• La diminution du bruit : les arbres et les façades végétalisées des immeubles réduisent les nuisances sonores.
• L’amélioration des conditions de vie : Les végétaux par leur respiration, absorbent le gaz carbonique et dégagent de l’oxygène. Leur transpiration amène un taux d’humidité indispensable en ville. Ils contribuent à une meilleures qualité de vie urbaine.

 

La végétalisation urbaine est un formidable outil pour lutter contre le changement climatique. Des études montrent des écarts de température très marqués (jusqu’à 10°C entre des zones imperméabilisées et des zones vertes)
La végétalisation urbaine est aussi un enjeu majeur à l’échelle mondiale car 75% de la population mondiale vivra dans les villes en 2050.
Nous pourrons utiliser l’outil ArboClimat, qui permet de valoriser le rôle de l’arbre en milieu urbain, tout au long de sa vie, et même une fois coupé (stockage en CO2, impact sur la biodiversité, impact futur des plantations, revenu issu de l’exploitation du bois, ect).

MAIS …
On ne plante pas n’importe quelle espèce, et on ne plante pas n’importe où, ni n’importe comment !

Il ne faut pas planter des lignes d’arbres identiques (photo ci-contre), trop souvent clonés, avec le même patrimoine génétique, donc les mêmes risques de maladies. Il faut planter en alternance des variétés différentes pour éviter la propagation des insectes ravageurs et des maladies.
les végétaux aussi doivent s’adapter au réchauffement climatique, il est recommandé de respecter au minimum 6 critères de sélection :
• résistance à la taille
• résistance à la température de 45°C
• résistance à la sécheresse
• résistance à la pollution
• sans allergènes
• non EEE : Espèces Exotiques Envahissantes ou pouvant le devenir

Certaines espèces ne sont pas adaptées aujourd’hui à ce qu’elles auront à supporter dans 20 ou 30 ans !
Parmi Les espèces actuellement les mieux adaptées :
Arbres : Chêne vert, olivier, micocoulier, acacias, robiniers, jujubier …
Sol et murs végétaux : plantes grasses et de garrigue.

Végétaliser … comment faire ??

Toits, murs, trottoirs, cours d’école… ??
Création de murs végétalisés de plantes grimpantes ?

Nous pouvons nous appuyer sur de nombreux exemples existants en France :
• Comme Paris où les rues végétalisées font le bonheur des piétons (Mairie de Paris / Rue végétale Gustave-Goublier) et où le « permis de végétaliser » remporte un grand succès,
• Comme la Charte de l’arbre d’Aix-en-Provence,
• Comme La Charte européenne de l’arbre d’agrément,

Pour réussir, nous utiliserons les outils à notre portée !
• Avec des A.C.T. (Ateliers Citoyens Thématiques) nous saurons avec vous imaginer les aménagements qui vous apporteront le plus de bien-être et embelliront nos rues
• Par une révision du PLU, notamment son règlement, nous pourrons faire ajouter de la verdure, végétaliser et ombrer nos façades ou nos rues
• avec un référendum pour l’aménagement de nos plus grands espaces
• nous nous appuierons sur la CHARTE DE L’ARBRE URBAIN (*)

Ça ne se fera pas du jour au lendemain, bien sûr … le temps que ça pousse !!
Ce sera un changement dans nos habitudes, dans notre vision de notre ville
mais le résultat sera à la hauteur :

Améliorer notre cadre de vie
Retrouver un lien à la nature
Sensibiliser au respect des végétaux

 

(*) CHARTE DE L’ARBRE URBAIN :
• Une taille dite de « conversion » qui redonne aux arbres émondés un plus grand port libre, favorisant la beauté et l’ombrage ;
• Une taille programmée uniquement pendant la phase dormante de l’arbre, soit entre les mois de novembre et février ;
• La stérilisation systématique de tout outil d’élagage ou de travaux publiques susceptible d’entrer en contact avec branches, tronc ou racines (ceci afin d’empêcher la principale cause de la prolifération du chancre coloré) ;
• La préparation des fosses de plantations suivant les règles de l’art au niveau de la taille, de la profondeur, de l’irrigation et du mélange terre/pierre préconisé ;
• Une plantation d’espèces nobles et adaptés qui remplace les arbres supprimés ;
• La protection des arbres contre toute agression physique, notamment celle des voitures qui se garent sur les racines des platanes (boulevard périphérique par exemple) en écorchant également les troncs au passage, et celle des machines lors de travaux sur la voirie;
• Et surtout, la préservation des arbres anciens capables de survivre encore pendant les prochaines 20-30 ans – années annoncées par les experts environnementaux comme étant les plus critiques pour le contrôle du réchauffement climatique.

 

Sources d’informations consultées :
usbeketrica.com/article/canicule-vegetaliser-les-villes-maintenant-encore-possible
www.linfodurable.fr/environnement/vegetalisation-des-villes-une-reelle-solution-pour-sadapter-aux-changements
www.consofutur.com/dossier-vegetalisation-villes-2326/
www.biodiville.org/a/663/villes-vegetalisees/
www.franceculture.fr/emissions/hashtag/vegetaliser-la-ville-quand-le-vert-remplace-le-gris
www.liberation.fr/planete/2019/07/25/a-travers-le-monde-les-villes-degainent-leurs-arbres_1742147
lumieresdelaville.net/high-line-new-york-10-bougies/
www.respire-asso.org/pollution-comparer-londres-new-york-et-paris/
fr.wikipedia.org/wiki/Environnement_%C3%A0_New_York#Pollution_atmosph%C3%A9rique
www.rtl.fr/actu/futur/la-ville-d-amiens-eclaire-ses-habitants-avec-les-feuilles-mortes-7780472247
https://www.arbre-patrimoine.fr/plantation-arbres
https://www.notre-planete.info/actualites/4545-planter-arbres-ville-pollution-air-sante

Share This

Participer au changement ?

Diffusez notre projet auprès de vos amis et voisins !